Chronoctis Express – tome 1

Aujourd’hui je vous parle de Chronoctis Express, un manga français que j’ai lu en novembre dernier !

Mais pourquoi j’en parle si tard, me direz-vous? Tout simplement parce que je suis à la bourre sur mes chroniques xD Mais il se trouve qu’en ce moment, la campagne Ulule pour le tome 2 de Chronoctis Express fait rage… (déjà financée à 370% et encore une semaine de campagne). c’est donc le moment de revenir sur ce manga!

Synopsis : Dans un monde futuriste, les dieux ont accordé aux humains le droit de faire leurs adieux avant de trépasser, en leur faisant quitter le monde grâce au train des morts : le Chronoctis Express. Alex est un jeune homme craintif, effrayé par les agents funestes qui servent le train des morts, et bien décidé à s’en éloigner… Jusqu’au jour où la fille qu’il aime se fait assassiner. Persuadé que cette situation aurait pu être évitée, Alex va pour la première fois se confronter à ceux qu’il a toujours craints.

J’ai beaucoup apprécié ce premier tome. D’abord pour les thèmes transversaux (amour, famille, deuil, vie après la mort, aventure), qui rapproche ce manga français plutôt du seinen.

Les personnages m’ont beaucoup plu et sont bien développés. On sent qu’ils sont complexés, avec leur part de noirceur, et pas stéréotypés. J’ai un petit faible pour le garçon du quai et ai hâte de le retrouver dans le second tome.

Les dessins sont quant à eux très maîtrisés, la mise en page met bien en valeur la narration et le suspense de l’intrigue. J’ai adoré les premières pages couleurs avec le dégradé vers le noir et blanc…

Si j’ai tant aimé ce premier tome, c’est aussi parce que la mangaka, Aerinn, est super sympathique. J’ai eu l’occasion de la rencontrer brièvement au TGS de Toulouse, et elle était douce et adorable avec ses fans. On a envie de la soutenir !

Depuis le début de la campagne Ulule, elle publie régulièrement des news sur la progression. Il y a déjà beaucoup de contreparties débloquées, ce qui fait que les contributeurs pourront non seulement recevoir le manga (tome 2 ou tomes 1 et 2 selon les choix), mais également repartir avec des posters, stickers, marque page, ex libris etc. Je vous conseille donc d’y faire un tour!

Publicités

Le livre du thé

Aujourd’hui, je vous parle du Livre du thé d’Okakura Kakuzô, paru chez Synchronique Editions. Des illustrations de K. Hokusai parsèment le livre.

Je précise que j’ai reçu le livre dans le cadre d’un Service Presse avec Synchronique Editions, que je remercie beaucoup. Ce service presse a été établi grâce à la plateforme Simplement Pro 🙂

Je suis très heureuse d’avoir découvert cet ouvrage! Pour moi qui m’intéresse beaucoup à la culture Japonaise, c’était captivant d’en apprendre plus sur la fameuse cérémonie du thé.

Le livre est vraiment exhaustif : OKAKURA Kakuzô (qui a publié ce livre en 1906 aux Etats-Unis) débute par le constat selon lequel de nombreux préjugés et une incompréhension pour l’Orient subsiste. En apprendre plus sur la voie du thé est une façon de connaître mieux la culture Asiatique . Le livre, destiné aux Occidentaux, est une vraie passerelle entre les continents.

Le second chapitre reprend des éléments de l’histoire et les différentes écoles du thé (en Chine puis au Japon)

Ensuite, nous en apprenons davantage sur le Tao et le Zen.

Au quatrième chapitre, OKAKURA décrit la chambre du thé, son architecture et son agencement.

Le cinquième chapitre revient sur l’art et le sens du de l’art. L’art n’est jamais surabondant: une seule œuvre est présente dans la chambre du thé.

Enfin, l’auteur nous rappelle le rôle important des fleurs. Elles sont choisies avec parcimonie.

Dans le septième et dernier chapitre, OKAKURA nous présente les maîtres du thé.

Cette lecture était vraiment très instructive et j’ai beaucoup apprécié en savoir plus sur le sujet. Certains passages nécessitent une plus grande concentration que d’autres (quand il s’agit par exemple de considérations historiques ou philosophiques par exemples) mis dans l’ensemble le livre se lit très bien. OKAKURA prend soin de citer des exemples imagés pour illustrer son propos, et les chapitres sont relativement courts.

De plus, il est agréable de contempler les illustrations de Hokusai au fil de la lecture! Il s’agit d’estampes plus ou moins célèbres de Hokusai. Elles sont toutes en couleurs, tantôt imprimées sur une seule page, tantôt sur une double page. Là encore, j’ai été comblée! J’apprécie beaucoup le style de Hokusai, mais ma connaissance de ces œuvres se réduisait aux estampes les plus connues. En parcourant le livre du thé, j’ai non seulement découvert les secrets de la cérémonie du thé, mais aussi parfait ma culture générale sur Maître Hokusai.

Nous avons également des notes à la fin du livre pour expliquer certaines références. Une préface nous présente le contexte de l’écriture de ce livre en 1906, et nous donne aussi une courte biographie de Hokusai.

Extrait: « le goût du thé possède un charme subtil qui le rend irrésistible et propre à être idéalisé. (…) le thé n’a pas l’arrogance du vin, ni la prétention du café ou l’innocence enjôleuse du cacao. » (p. 27)

Comme vous pouvez le constatez, la traduction est très bonne et le style agréable et soutenu.

Un mot surl’édition: elle est de très bonne facture. Le papier est glacé, ce qui met en valeur les illustrations. De même j’ai beaucoup aimé la couverture sobre et le petit format qui apparente le livre à un carnet que l’on pourrait emmener en voyage. L’élastique vert, qui peut faire aussi office de marque page, renforce encore cette impression.

Et enfin, le prix: 12,50 €. D’accord, le format est petit – mais cela reste un beau livre, avec de belles illustrations, un format pratique et soigné, et un contenu des plus intéressants.

Je recommande donc cet ouvrage devenu un Classique à toutes les personnes intéressées par la Culture Japonaise et l’Asie en général 🙂

Note: 18/20

Love, be loved, leave, be left – tome 5

Le tome 5 du manga de Io Sakisaka est sorti récemment en librairie. C’est Yuna qui est l’honneur sur une couverture aux couleurs très douces, qui conviennent tout à fait à la jeune fille.

love-be-loved-leave-be-left

Nous retrouvons donc dans ce tome Yuna et Akari et leurs avancées dans le domaine amoureux. Malheureusement pour elles, les garçons ne leur facilitent pas la tâche !

Rio et Kazu sont en proie aux doutes et ne démêlent pas clairement leurs sentiments. De plus, des éléments et personnages extérieurs les freinent dans l’acception de leurs sentiments.

Il semble donc que Io Sakisaka nous réserve encore des péripéties et de belles évolutions des personnages !

 

L’intrigue se complique également par le retour d’Agatsuma qui s’intéresse à l’une des protagonistes féminines… Je ne vous dis pas laquelle pour préserver le suspense.

J’ai encore une fois beaucoup aimé me plonger dans ce tome et dans l’univers de la mangaka. Les dessins sont très agréables, le trait est doux. J’ai adoré le passage de la fête de l’été où nous pouvons admirer les filles en yukata: un régal pour les yeux.

Enfin, j’ai apprécié les quelques passages drôles. J’ai ri à tes dépens, Akari, désolée!

Bref, c’est toujours plaisant de se plonger dans cette douce romance et de retrouver ces personnages si attachants.

Je serai donc fidèlement au rendez-vous pour le tome 6.

Note: 15,5/20

Haïkus et notes de voyage

Aujourd’hui, je vous présente Haïkus et notes de voyage – Nozorashi Kikô de Bashô, paru chez Synchronique Editions. Ce livre m’a été livré dans le cadre d’un Service Presse avec l’éditeur, que je remercie beaucoup ! Ce service presse a été établi grâce à la plateforme Simplement Pro 🙂

41gz6ws52nl-_sx360_bo1204203200_

J’ai vraiment adoré ce livre. Cela faisait longtemps que je voulais me plonger dans les Haïkus, cette forme d’écriture si typiquement Japonaise et dont la brièveté et l’apparente simplicité en font un symbole de la contemplation.

Il s’agit des Haïkus que Bâsho a rédigé durant le voyage qu’il entreprend pour se rendre dans son village natal, à pieds.

Un Haïku se compose de 17 syllabes réparties en trois segments, qui peuvent être de longueur différente.

Extrait:

« Puissé-je à la rosée

Petit à petit me laver

Des poussières de ce monde »

img_4184.jpg

Le livre est très beau et fait intelligemment. J’ai beaucoup aimé que l’écriture japonaise soit reprise ici, car les caractères sont tout simplement beaux. Pour les lecteurs qui ne sauraient pas lire en japonais, nous avons l’écriture romanji qui permet de lire phonétiquement. On peut donc lire en japonais pour ressentir au mieux la sonorité et la beauté originale de ces haïkus ! Lire la suite

Le coeur d’un chat vagabond

J’ai eu le plaisir de lire ce roman la semaine dernière dans le cadre d’un partenariat avec l’auteure Cassandra Bouclé. Ce service presse a été établi grâce à la plateforme Simplement Pro dont je parlerai une prochaine fois.

le-coeur-d-un-chat-vagabond

  • Broché: 155 pages
  • Editeur : Nanachi éditions
  • ISBN-13: 979-1070000335
  • disponible aussi en ebook

Je remercie donc Cassandra Bouclé de m’avoir envoyé l’ebook et de m’avoir permis de découvrir son roman! Ce dernier s’apparente à un light novel Japonais et s’inspire de la culture manga. Ainsi, l’héroine est fan de mangas et croise le chemin d’un homme-chat!

Loin d’être effrayée, Chalra est au contraire très curieuse d’en savoir plus sur cet homme aux oreilles si mignonnes…  Lire la suite

Challenge mangas français #1 – Booksterz tome 2

Ce challenge spécial mangas français commence très bien avec la lecture du tome 2 de Booksterz.

3 personnes sont derrière ce manga, publié aux éditions Kana : Guillaume Lapeyre, Rémi Guérin et Sylvain Dos Santos.

booksterz

Booksterz nous plonge dans un monde où de jeunes bookmasters invoquent des personnages de livres pour combattre. Dès le tome 1, Soul, Maya et Bao doivent faire face à une menace qui les dépasse, et qui semble avoir un rapport avec la mort des parents de Soul.

Pour en apprendre plus, Soul et ses amis se téléportent dans le monde de son Codex, celui des contes de Perrault. Soul souhaite interroger Rosépine, alias La Belle au bois dormant, mais qui est loin d’être la douce princesse de conte de fée que l’on connaît.

Le détournement du conte m’a énormément plu dans ce tome. Je suis tombée amoureuse de Rosépine, dont le chara design est juste sublime ! De même, l’atmosphère sombre et menaçante qui entoure son château est très bien rendue par les dessins des décors. Lire la suite

La reine d’Egypte, tome 3

Comme le montre la couverture du tome, les relations conflictuelles entre Hatchepsout et Sethi sont au cœur de ce volume. Dès le premier tome, nous savions qu’il ne serait pas facile pour l’héroïne de supporter son mari et mener à bien ses projets. Séthi est un homme violent, irrespectueux, aimant faire la guerre et tuer. Hatchepsout veut préserver la paix pour le bien être de son peuple.

reine-d-egypte

La question de la maternité se pose également dans ce volume. Hatchepsout ne partage pas la couche de son mari, et de plus, elle ne veut pas tomber enceinte. Une grossesse l’empêcherait en effet d’apparaître en public et d’intervenir sur la politique : elle devrait se terrer dans un pavillon de maternité, laissant libre cours aux projets belliqueux de Séthi. Elle subit donc une pression de la part de son entourage tandis que le danger que Séthi conçoive un héritier avec l’une de ses maîtresses grandit. Lire la suite

Isabella Bird – tome 1

Aujourd’hui je vous parle d’Isabelle Bird – femme exploratrice le nouveau manga paru aux éditions Ki-oon. Le synopsis me tentait beaucoup et l’opération promotionnelle de Ki-oon (un beau shikishi la reine d’Egypte pour l’achat des deux mangas) a achevé de me convaincre.


Je ne regrette pas cet achat car l’œuvre de Taiga Sassa a de nombreux atouts ! Lire la suite

C’est le premier, je balance tout! #4

Ce rendez-vous livresque a été initié par allezvousfairelire. Il consiste à répondre à ces 4 questions:
– Le Top & Flop de ce que j’ai lu le mois dernier

– Au moins 1 chronique d’ailleurs lue le mois dernier

– Au moins 1 lien adoré hors chronique littéraire

– Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier

  1. TOP et FLOP de mes lectures

Je me rends compte que j’ai lu beaucoup de livres le mois dernier!

Parmi les lectures que j’ai le moins aimées, il y avait Cul-de-sac de Douglas Kennedy (je m’attendais à un livre plus loufoque et léger – mais comme tout roman noir qui se respecte, c’est… sombre!) . Egalement le tome 6 de Cat’s Eye, que j’ai trouvé assez répétitif et exagéré. Les tomes suivants étaient heureusement beaucoup mieux!

cat-s-eye2Résultat de recherche d'images pour "douglas kennedy cul de sac"

Parmi les TOP: Orange is the new black, Yona tome 20 et Short love stories de Io Sakisaka.

Lire la suite

Yona, princesse de l’aube – tome 20

C’est presque un rituel ! Tous les 2 mois, je m’achète le dernier tome de Yona, sûre de passer une agréable heure de lecture en sa compagnie. Tout d’abord, j’admire la couverture dans tous ses détails et me pâme d’admiration devant les magnifiques illustrations couleurs…

Puis, je lis le résumé pour me remémorer les péripéties du dernier tome.

Enfin, bien installée, je savoure chaque instant de ma lecture, certaine que Yona ne me décevra pas.

yona-princee-de-l-aube1

Le tome 19 s’achevait par l’enlèvement de Lili et Yona. Alors que j’imaginais qu’elles allaient vite être tirées d’affaires, cela est plus compliqué que prévu. Amenées au pays de Sei, elles doivent trimer avec d’autres esclaves pour finir la construction d’un fort. Pour les rendre dociles, les bourreaux ne leur offrent que du nadai (cette drogue très addictive qui rend violent) pour étancher leur soif. Lire la suite