Orange is the new black: le livre!

Comme moi, vous avez peut-être entendu parler d’Orange is the new black par la série diffusée sur Netflix. Je n’avais pas l’intention de lire le livre qui a inspiré cette série avant d’apprendre que le Orange serait la couleur du prochain Weekly color book challenge.

C’est donc grâce à ce challenge que j’ai commencé ma lecture. Au début, j’ai été assez déconcertée car je cherchais sans cesse à faire correspondre les personnages du livre et leurs avatars dans la série. Les prénoms diffèrent, les personnalités aussi parfois. Lorsque j’ai chassé l’image de la série de ma tête, j’ai pu rentrer davantage dans le livre autobiographique de Piper Kerman.

Orange is the new black

Synopsis: « Piper Kerman est une jeune femme comme tant d’autres : un emploi, un compagnon, une famille aimante -elle est très loin de la jeune casse-cou qui avait livré une valise d’argent sale pour un trafiquant de drogue dix ans plus tôt. Mais le passé la rattrape : condamnée à quinze mois d’incarcération dans une prison pour femmes du Connecticut, la jeune cadre dynamique devient le matricule 11187-424.

Rien ne l’a préparée aux surveillants abjects ou simplement indifférents aux souffrances des détenues, aux douches crasseuses, au manque d’intimité, à la solitude. C’est ce monde humiliant et déshumanisant qu’elle décrit ici. Piper parvient cependant à surmonter cette épreuve, à résister au désespoir, à contourner les règles absurdes de la prison.

Déchirant, drôle et parfois révoltant, le récit de Piper Kerman a récemment inspiré la série télévisée du même nom déjà culte aux Etats-Unis. »

Il y a de nombreux personnages sympathiques, originaux, attachants. Piper, grâce à son ouverture d’esprit et son humour, parvient à se faire beaucoup d’amies, malgré leur différence de niveau social et d’éducation.

Ce que je retiens du livre n’est pas tant les personnages, les passages parfois drôles, mais plutôt la réflexion que Piper développe sur le système carcéral américain. Elle part de ce postulat : plutôt que de se cantonner à éradiquer l’offre (les trafiquants de drogue), on devrait aussi se concentrer sur la demande (les drogués). Elle se pose également des questions très justes sur l’insertion des ex-prisonnières. Bref, c’est surtout les constats et les prises de position de l’auteure dans son livre que j’ai appréciées.

Pour celles et ceux qui ont déjà vu la série, sachez que le livre est tout de même très différent. La série, qui comporte plusieurs saisons, est forcément plus développée et comprend plus de rebondissements. Ainsi, pour ne citer qu’un exemple, la relation Piper / Larry qui s’effrite rapidement dans la série résiste à l’épreuve carcérale dans le livre.

En tout cas, c’était une très belle découverte qui m’a ouvert l’esprit sur la réalité de la prison et de celles et ceux qui en font l’expérience. Il y a d’ailleurs à la fin du livre un répertoire d’associations basées en France venant en aide aux détenus et à leurs familles, ce qui montre bien que le livre pousse à aller plus loin.

Éditions : presses de la cité, Pocket

Note : 15/20

Publicités

17 réflexions au sujet de « Orange is the new black: le livre! »

  1. Ping : C’est lundi, que lisez-vous ? #26  | Akatsuki no Manga

  2. Ping : Weekly book color challenge: le bilan! | Akatsuki no Manga

  3. Ping : Challenge semaine à 1000: le bilan! | Akatsuki no Manga

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s