Blue sping ride – un shojo qui fait rêver!

La série  » Blue sping ride » s´est achevée en France en juillet dernier. L´occasion pour nous de revenir sur ce shojo très réussi, publié aux Editions Kana. blue-spring-ride-t5-270x410

Pour ceux qui n´auraient pas encore lu ce shojo, voici donc le synopsis: au collège, Futaba et Kô ont failli sortir ensemble. Mais le soir du rendez-vous, Futaba attend Kô en vain. Ce dernier a déménagé à Nagasaki.

Quelques années plus tard, Kô revient dans le lycée de Futaba, mais ils ont tout deux changé. Futaba s´est forgée une personnalité de garçon manqué pour ne pas déplaire aux filles et se faire des amies. Kô, quant à lui, a vécu des moments très douloureux qui l´ont métamorphosé. Voilà qu´ils se retrouvent dans la même classe en deuxième année de lycée… Parviendront-ils à retrouver leur complicité d´antant?

L´héroine Futaba n´est pas la protagoniste niaise que l´on retrouve dans bon nombre de manga shojo. Au contraire, Futaba est volontaire et sait ce qu´elle veut. Elle est franche et prévenante avec ses amis. Elle fera tout pour sortir Kô des ténèbres.

Ainsi, elle ne faiblira pas quand sa meilleure amie tombe amoureuse du même garçon qu´elle. Malgré ses appréhensions, elle a le Ccourage de déclarer assez rapidement sa flamme à Kô – et quand elle se fait rejeter, elle tente tant bien que mal d´aller de l´avant.

Oui, Futaba est une héroine attachante à laquelle on peut s´identifier. Son caractère et ses actions sont plausibles. Quant à Kô, il n´est pas un homme parfait. Oui, il est beau gosse, mais il est parfois rude avec son entourage… Ensuite, les personnages secondaires sont tous vraisemblables et ont un rôle dans le manga. Tôma n´est pas seulement un obstacle à l´amour de Kô et Futaba. C´est un personnage à part entière qui nous fera craquer aussi.

Le trait de la mangaka Io Sakisaka est un régal pour les yeux. Elle dessine les personnages avec une grande affection pour eux. Comme elle l´écrit elle-même, elle préfère parfois ne pas utiliser de mots pour que l´on ressente les sentiments profonds des personnages. C´est bien par le dessin qu´elle parvient à nous transmettre des émotions.

Enfin le nombre: 13 tomes, c´est tout à fait raisonnable – ça laisse suffisamment de temps pour développer l´histoire, approfondir la psychologie des personnages et bien sûr de générer quelques obstacles qui n´empêcheront pas malgré tout Futaba et Kô de se mettre ensemble. Sans pour autant lasser le lecteur avec des péripéties sans fin qui viendraient gâcher la lecture. Oui, Io Sakisaka a su s´arrêter quand il le fallait pour que ce shojo soit un sans faute.

En conclusion, je vous recommande de vous procurer ces 13 tomes pour les faire trôner fièrement dans votre mangathèque.

Note: 18/20

Le premier tome du nouveau shojo de Io Sakisaka, « Love, be loved, leave, be left » vient de paraitre aux éditions Kana.

 

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Blue sping ride – un shojo qui fait rêver! »

  1. Ping : Lectures de 2016 – séries complètes | Akatsuki no Manga

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s